Golden retriever

Race de chien : Golden retriever

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 18)

Golden retriever : de la chasse à la compagnie

« Doux » : c’est sans doute l’adjectif qui vient en premier à l’esprit quand on évoque le golden retriever. Son physique rond et rassurant, à la fourrure abondante et soyeuse n’est pas étranger à cette impression qui se renforce quand on découvre le caractère et la nature de ce chien, profondément aimable. Beau et gentil, il n’en fallait pas plus pour expliquer le succès de cette race qui pointe à la cinquième place de celles les plus répandues dans notre pays.

Nul besoin de laisse pour tisser le lien avec son golden retriever : c’est un chien profondément attaché à ses maîtres et amical envers les étrangers.

Tout du bon chien !

Facile à vivre, à éduquer, doté de qualités esthétiques et aussi cynégétiques indéniables (la chasse reste sa fonction d’origine), il incarne le résumé du bon chien.

Le public ne s’y est pas trompé et le succès du golden s’est conforté au fil des années.

Longtemps éclipsé par son cousin, le labrador retriever, il lui a volé la vedette à la fin des années 2000.

Le golden lui doit pourtant des égards puisque cette race est issue du labrador.

Comme tous les retrievers, le golden descend en effet d’une souche commune qui a ensuite évolué au fil de croisements différents.

Les ancêtres communs à tous les représentants de cette famille seraient des chiens ramenés par les pêcheurs de l’île de Terre-Neuve, croisés avec des chiens de chasse et des chiens d’eau.

Même si les origines exactes du golden sont imprécises, toutes mentionnent une personne clé : Sir Dudley Marjoribanks devenu par la suite Lord Tweedmouth, suite à son anoblissement en 1881, un noble à la fois anglais et écossais qui aurait fixé la race au XIXe siècle.

Un chien aux origines britanniques

Une légende vivace a voulu que ce dernier rencontre, dans un cirque, à Brighton, 8 grands chiens jaunes, réputés « savants », venus du Caucase.

Il les aurait acquis après de difficiles négociations et croisés par la suite avec des bloodhounds (chiens de chasse britanniques).

Cette théorie sur une origine russe des goldens fut entretenue jusqu’en 1952, date à laquelle Lord Earl Ilchester publia les carnets d’élevage de son grand-oncle, Lord Tweedmouth, couvrant la période de 1835 à 1890 et prouvant l’origine purement britannique du chien.

En effet, en 1865, Lord Tweedmouth obtint d’un cordonnier de Brighton un chien dénommé « Nous » (Jugeotte en anglais), le seul chiot jaune d’une portée noire de wavy coated retrievers.

Il le ramena avec lui en Ecosse, à Guisachan House, dans le village de Tomich, près du Loch Ness, et l’accoupla, une fois adulte, à une chienne Tweed Water Spaniel de couleur foie.

En 1868 naquit ainsi ce qu’on peut considérer comme la première portée des ancêtres du golden retriever. Elle comportait 4 femelles dont 2 marquèrent particulièrement l’élevage.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article