tiques

Santé du chien : tiques

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 15)

Pour votre chien… gare aux tiques !

Dès le retour des beaux jours, le danger représenté par certains parasites pour nos compagnons canins s’accroît. C’est le cas des tiques, particulièrement actives au printemps et à l’automne. Or ces acariens sont vecteurs de maladies infectieuses graves, comme la maladie de Lyme ou la piroplasmose.

« Les tiques restent le plus important vecteur d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses en Europe », rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un communiqué du 15 mai.

2018 : une année à risque !

Et 2018 semble être une année particulièrement à risque pour les tiques. Les conditions climatiques du printemps, doux et humide, semblent en effet avoir favorisé la prolifération de ces acariens qui, outre leur action hématophage, sont vecteurs d’un grand nombre de maladies infectieuses.

Les tiques sont présentes sur tout le territoire français, principalement dans les jardins, les terrains vagues, en forêt… Elles sont hématophages et, au cours de leur repas sanguin, peuvent transmettre différents agents pathogènes (bactéries, virus ou parasites). Elles les prélèvent sur un hôte et les transmettent à d’autres.

Ainsi, outre une importance médicale liée à leur impact clinique (anémie, traumatisme cutané, intoxication, risque d’infections secondaires…), les tiques sont surtout problématiques par ce rôle de vecteur.

Elles sont les principaux agents de maladies vectorielles canines devant les moustiques, phlébotomes et puces. Par ailleurs, sur les 15 maladies pour lesquelles les tiques ont été identifiées comme vecteurs, 7 sont transmissibles à l’homme (zoonotiques).

Plusieurs agents pathogènes par tique

Pour lutter contre ces maladies vectorielles, il est nécessaire de connaître quelques éléments clés de la transmission qui sont liés à la dynamique du repas de sang de la tique.

Le repas se déroule de la 6e heure au 6e jour après l’arrivée de la tique sur le chien. La fixation est assurée par l’intervention d’un appareil spécialisé au niveau buccal et la sécrétion d’un cément spécifique qui la consolide.

La tique peut transmettre des agents pathogènes dans les 12 à 36 heures suivant sa fixation. Une même tique peut transmettre plusieurs agents pathogènes.

Son gorgement, qui fait qu’elle augmente fortement de taille, se produit de la 24e heure au 6e jour. Il est beaucoup plus prononcé chez les femelles.

La phase de gorgement peut être scindée en deux étapes : un gorgement lent, pendant 2-3 jours, puis un gorgement rapide final avant le détachement de la tique.

Le risque de transmission de Borrelia, agent de la maladie de Lyme, par Ixodes ricinus, s’étend de la 24e à la 36e heure.

Quant à Babesia, agent de la piroplasmose, elle est transmise 48 à 96 heures après l’infestation car elle nécessite une maturation au sein de la tique.

Le risque de transmission de maladies augmente donc avec le temps de fixation de la tique et est maximal dans les 24 à 48 heures après l’infestation du chien.

Lyme et piroplasmose : danger !

Deux maladies infectieuses transmises par les tiques sont particulièrement problématiques chez le chien par leur fréquence ou leur sévérité : piroplasmose et maladie de Lyme.

Babesia canis est un microparasite sanguin responsable de la piroplasmose ou babésiose.

Il se multiplie dans les globules rouges et les fait éclater, ce qui entraîne l’inflammation de nombreux organes, notamment le foie, la rate et les reins. Les symptômes sont variables : jaunisse, vomissement, diarrhée, baisse d’appétit, fièvre (supérieure à 40°C), apathie, urines foncées (dues à la présence de sang), baisse de forme, parfois paralysies. Un traitement existe mais ne sera efficace que s’il est mis en œuvre rapidement.

Autre maladie transmise par les tiques, l’ehrlichiose provoque des symptômes similaires mais est mortelle encore plus rapidement. Elle sévit surtout dans le sud de la France.

La borréliose ou maladie de Lyme est une maladie de plus en plus médiatisée, notamment chez l’homme. Elle fait régulièrement l’objet de campagnes de sensibilisation. Initialement plutôt concentrée dans le nord est de la France, elle s’étend aujourd’hui sur presque tout le territoire.

Elle provoque des douleurs articulaires intenses, de la fièvre et de l’abattement. Un traitement existe mais n’entraîne pas la guérison complète du chien atteint.

Enfin, l’hépatozoonose est causée par un parasite des globules blancs et s’observe surtout dans le sud de la France. Les symptômes sont nombreux et peu caractéristiques, le trait dominant étant l’anémie.

La prévention des maladies infectieuses transmises par les tiques passe par l’utilisation d’antiparasitaires externes efficaces contre ces parasites mais aussi par une vigilance renforcée et une inspection minutieuse des chiens au retour des promenades. Cela permet de détacher immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique et d’éviter ainsi la transmission des agents pathogènes qui nécessite un délai après fixation.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Patargez cet article