CORGI PEMBROKE

Race de chien : Welsh corgi

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 7)

Welsh corgi : un grand chien dans un petit format

Sa renommée, le welsh corgi la doit surtout à la reine d’Angleterre qui en a fait son chien fétiche. Bien que relativement connue dans le monde cynophile, la race, qui existe en deux variétés, reste encore très peu répandue dans notre pays. Et ce n’est pourtant pas faute de qualités !

Originaire du Pays de Galles, le welsh corgi, représentant du groupe 1, se décline en deux variétés, gérées par le même club : pembroke et cardigan. Leur signe distinctif le plus marquant est la queue, longue chez le cardigan, courte chez le pembroke.

La variété cardigan est le plus ancien des deux et on estime qu’il était déjà présent en Angleterre il y a quelque 3 000 ans.

Mais l’origine de ces deux races reste imprécise. Certains cynophiles la confondent, d’autres la distinguent.

L’ancêtre du welsh corgi cardigan, à mi-chemin entre le teckel et le spitz, aurait été introduit Outre-Manche par les tribus celtiques venues d’Europe centrale, plus de 1 000 ans avant J-C. Le chien avait alors plusieurs missions, dont celle de conduire le bétail et le protéger des prédateurs. Il aurait à cet effet pu être croisé avec des chiens de berger locaux pour améliorer sa souplesse au travail. Certaines hypothèses font état de son croisement avec des chiens nordiques. Les corgis sont d’ailleurs restés physiquement très proches du västgötaspets ou spitz des Wisigoths, d’origine nordique.

De son côté, le welsh corgi pembroke aurait été introduit par les tisserands flamands au XIIe siècle. Lors de leurs invasions, il y a un millier d’années, les vikings apportèrent avec eux un chien de type spitz, le vulhound, chien suédois de bétail. Ce dernier aurait alors été croisé avec les ancêtres du pembroke.

Peu répandus en France

Les deux races auraient donc une origine distincte mais du fait des croisements entre elles, au XIXe siècle, se seraient considérablement rapprochées.

A l’époque, le corgi occupe une place de choix dans les familles. Compagnon affectueux, gardien, conducteur du bétail, de poneys et de moutons, chien de ferme, il sait tout faire.

Il faudra attendre 1920 pour que le Kennel club britannique reconnaisse la race et entérine son nom. Le terme « corgi » est controversé. Pour certains, il dérive de « cor ci », « chien nain », pour d’autres, c’est une adaptation de « cur ci » signifiant « chien d’utilité ». Au pays de Galles, le corgi était aussi connu sous le nom de Heeler qui se rapporte à la façon dont le chien conduisait le bétail, en pinçant les talons des bovins.

Bien qu’une association spécifique au cardigan ait vu le jour en 1926, le Kennel club britannique n’a pas distingué les deux races initialement. Ce qui a conduit à des croisements entre les deux variétés. Elle a corrigé le tir en 1934 en reconnaissant officiellement deux races distinctes, le cardigan et le pembroke. C’est cette seconde variété qui est préférée des familles royales d’Angleterre depuis cette époque.

En France, les corgis sont connus, mais restent relativement peu répandus, surtout le corgi cardigan. En 2015, la SCC a enregistré 240 naissances de chiots pembroke et 48 de chiots cardigan. Même si ces nombres restent faibles, on peut noter un doublement des naissances de chiots pembroke en cinq ans.

Physiquement, le standard des deux variétés est distinct même si les deux chiens sont tous les deux bas sur pattes avec un corps plus long que haut. Le cardigan est un peu plus haut et lourd (30 cm au garrot pour un poids de 15 à 20 kg) que le pembroke (25,4 à 30,5 cm au garrot pour un poids de 10 à 12 kg). Il présente aussi un aspect plus rustique et « bouvier » qui fait référence à son passé de chien de ferme. Les deux chiens présentent toutefois une ressemblance frappante avec le renard. Surtout au niveau de la tête.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.