Berger australien

Race de chien : Berger australien

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 13)

Berger australien : la grande ascension !

En 1996, le berger australien est reconnu par la Fédération cynologique internationale et devient donc une race officielle. La Société centrale canine enregistrait alors 29 naissances d’australian sheperd issus de parents inscrits au Lof, race sans club du groupe 1 des chiens de berger et de bouvier. Vingt ans plus tard, l’aussie comme on le surnomme est numéro 2 des races canines en France avec 11 817 naissance de chiots Lof et de nombreux cynophiles lui prédisent la première place l’année prochaine. Retour sur un phénomène unique dans le monde canin.

L’ascension du berger australien dans le cœur des Français est une des plus marquantes dans l’histoire de la cynophilie. Quasi inconnu il y a vingt ans et tout juste officialisé par la FCI, il est aujourd’hui en voie de devenir la race numéro 1 dans notre pays et a enregistré l’an dernier près de 12 000 naissances de chiots issus de parents inscrits au Lof.

Le cheptel français est fort honorable puisqu’il compte parmi les plus importants hors de son pays d’origine, l’aussie restant très répandu aux Etats-Unis.

Le berger australien est pourtant avant tout un chien de travail et même s’il est aujourd’hui essentiellement prisé pour la compagnie, il ne faut pas oublier ses origines. Ses maîtres doivent avoir à cœur de l’occuper, physiquement et mentalement, pour qu’il s’épanouisse.

Alors quelle est la recette de ce succès phénoménal ?
Un physique avantageux, indéniablement. Car le constat est clair : le berger australien est un beau chien. Archétype du chien de berger, de taille moyenne, doté d’une somptueuse fourrure au large panel de couleurs et, comble du bonheur pour de nombreux propriétaires, il peut avoir les yeux bleus !

Un chien très intelligent !

Mais au-delà de son apparence, le berger australien est un chien attachant et très intelligent. Ces qualités lui viennent sans doute de sa sélection qui a toujours été axée sur le travail.

Il reste, même s’il a été quelque peu supplanté dans cette tâche par le border collie, toujours très utilisé pour la conduite des troupeaux et il excelle dans les concours de travail.

Ce métier ne nécessite que d’être canalisé mais l’instinct de conduite est naturellement présent chez tous les bergers australiens.

Corollaire de cette sélection travail, l’aussie a besoin d’activité… soutenue ! Ce n’est pas un chien qui supportera de longues journées de solitude en appartement et ces conditions de vie inadéquates risquent de générer des troubles du comportement (vocalises, destructions…), eux-mêmes à l’origine d’abandons.

Certes, les exemples d’aussies épanouis en chiens de compagnie sont nombreux mais ce mode de vie implique de leur trouver une occupation ou, mieux, de participer avec eux à des activités de conduite de troupeaux en amateur.

Si on garde à l’esprit ce besoin de travailler, ou tout du moins de se dépenser, le berger australien est un chien polyvalent au caractère agréable et enjoué.

Facile à vivre, il peut, sans vraiment être gardien, donner l’alerte à bon escient, d’autant qu’il se montre plutôt réservé envers les étrangers, se révèle un agréable compagnon de jeu et de sport, chien de famille… Son intelligence facilite son éducation et il comprend vite ce qu’on attend de lui.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.