Braque de Weimar

Race de chien : Braque de Weimar

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 14)

Braque de Weimar : toujours un chien de chasse

Vedette des spots publicitaires et chouchou du grand public, le Braque de Weimar est un chien qui ne passe pas inaperçu avec sa robe « gris argent » et son regard clair (mais pas bleu !). Pourtant, il serait dommage de s’arrêter sur ce chien uniquement pour ses qualités esthétiques. Chasseur hors pair (toujours), c’est aussi un compagnon attachant et espiègle. Rencontre avec celui que l’on nomme le « fantôme gris ».

Avec 1.400 à 1.500 naissances de chiots au LOF (Livre des Origines Français) chaque année, le Braque de Weimar fait partie des chiens de chasse les plus connus et répandus.

Il figure depuis de nombreuses années sur le podium du groupe 7, dédié aux chiens d’arrêt, dont il est une des égéries.

Des fourrés aux canapés

Ce succès l’a conduit progressivement des fourrés aux canapés et contrarie donc quelque peu sa nature puisqu’il est désormais beaucoup plus souvent apprécié en tant que chien de compagnie qu’en auxiliaire cynégétique.

Peut-être à tort, car c’est cette sélection de chasseur qui a façonné le chien qu’on apprécie aujourd’hui et qui est à l’origine de ses qualités.

Avant de s’intéresser au physique avantageux et assez inédit dans la gente canine du Braque de Weimar, il convient de revenir sur son histoire.

Le braque de Weimar est né en Allemagne il y a plusieurs siècles. Il est représenté pour la première fois par le peintre Van Dyck au début du XVIIe siècle. Ses origines précises restent cependant mal connues.

Made in Germany

Trois hypothèses sont avancées pour expliquer son apparition. Pour certains, il descendrait des chiens gris de St-Louis, puis se serait mêler aux chiens des meutes royales françaises avant de réapparaître à la cour de Charles Auguste, grand duc de Saxe de Weimar qui leur aurait donné leur nom.

Divers croisements avec des Saint-Hubert et des pointers notamment auraient conduit au chien tel qu’on le connaît actuellement.

Pour d’autres, le Braque de Weimar serait issu de croisements de chiens d’arrêts allemands dont les portées furent affectées par de l’albinisme.

Enfin, une dernière hypothèse veut qu’il ait été créé de toute pièce suite au croisement de braque allemand, dogue et pointer bleu.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article