leishmaniose

Santé du chien : leishmaniose

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 13)

Votre chien est-il protégé contre la leishmaniose ?

Si vous faites partie de ceux qui préfèrent partir en vacances avec leur chien, soyez vigilant ! La leishmaniose canine est l’une des maladies la plus fréquemment diagnostiquée au retour de voyage. Cette maladie parasitaire grave sévit largement dans le bassin méditerranéen. Mais pas de panique ! Des précautions simples permettent de protéger votre chien avant de vous rendre sur votre lieu de villégiature.

En Europe jusqu’à 2,5 millions* de chiens seraient infestés et 1 million en France***.

Chaque année dans notre pays, environ 40 000** chiens déclarent les signes cliniques de la maladie. La leishmaniose ?

Une maladie commune au chien et… à l’Homme !

La leishmaniose est une maladie parasitaire chronique grave qui touche principalement le chien dans le bassin méditerranéen. Elle est transmise par un vecteur : le phlébotome, un minuscule insecte proche du moustique.

En piquant son hôte, il lui injecte un parasite microscopique, la leishmanie, qui va investir et se multiplier dans les différentes cellules de l’organisme.

Le phlébotome devient porteur de leishmanies en se nourrissant sur un chien malade. Ses repas de sang ont lieu du crépuscule au petit matin sur une période de mars à octobre.

La leishmaniose est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle est commune au chien et à l’Homme.

La prévention comme unique protection

Tous les chiens vivant ou voyageant dans les régions à risques sont concernés. Les mesures préventives sont les suivantes :

  • Vacciner pour réduire le risque de développer la maladie ;
  • Prévenir l’infection en traitant en continu le chien avec un insecticide répulsif adapté ;
  • Limiter l’exposition aux piqûres des phlébotomes en gardant le chien à l’intérieur, dès le crépuscule, pendant la saison à risque et en évitant de le promener dans un environnement à risque
  • Traiter un chien infecté malade ou infecté cliniquement sain, afin de limiter son rôle de réservoir pour les phlébotomes.

*Moreno 2002 / **Bourdeau 2011 / ***Conseils-Véto.com (2017).

Source : Communiqué du laboratoire MSD Santé Animale

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.