Akita américain

Race de chien : Akita américain

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 15)

Akita américain : un Japonais façonné par les Etats-Unis

L’Akita américain, à ne pas confondre avec l’Akita inu même si leur lien de parenté est étroit, est un chien encore peu répandu sur notre territoire avec quelque 500 naissances l’an dernier mais qui a trouvé son public. Différent de son homonyme japonais avec lequel il partage une origine, c’est un gardien de bonne compagnie.

L’histoire de l’Akita américain se confond avec celle de l’Akita inu et la divergence entre les deux races ne s’est opérée qu’à la fin du XXème siècle.

L’Akita est originaire d’une région du Nord du Japon, l’Odate, dans la préfecture Akita.

Au début du XVIIème siècle, des chiens de taille moyenne, nommés « Akitas Matagis », provenant de cette région, étaient utilisés pour la chasse à l’ours. Progressivement, ils furent reconvertis en chiens de combat à mesure de croisements s’effectuant avec des tosas et des mastiffs pour les rendre plus aptes à cette fonction.

Ainsi la taille de ces chiens augmenta et certains traits morphologiques propres aux chiens de type Spitz disparurent. La race fut néanmoins préservée et améliorée en tant que « patrimoine » japonais et, en 1931, 9 akitas furent même désignés « monuments historiques ».

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’emploi de peaux de chiens pour la confection de vêtements militaires amena la police à ordonner la capture et la confiscation de tous les chiens à l’exception des bergers allemands, conservés pour servir dans les tâches militaires.

Pour échapper à la loi, certains amateurs d’akitas les croisèrent avec des bergers allemands. A la fin du conflit, la situation de la race n’était pas brillante et on distinguait trois catégories de chiens : les akitas matagis proches du type originel, les akitas-chiens de combats, « molossoïsés » et les akitas-bergers allemands. Plusieurs cynophiles entamèrent donc la restauration de la race.

Un courant de sang se distingua : la lignée Dewa. Un grand nombre de chiens de cette origine mais qui présentaient extérieurement des traces caractéristiques de l’influence de mastiffs ou de bergers allemands furent alors exportés aux Etats-Unis par les forces militaires.

Adopté par des éleveurs américains

C’est à cette époque que l’histoire des deux races, Akita américain et Akita inu, diverge. Enthousiasmés par ces chiens intelligents et adaptables, les éleveurs américains développèrent la ligne de sang Dewa. Le club américain de l’Akita fut fondé en 1956 et l’American Kennel club (AKC, équivalent de notre SCC) reconnut la race en octobre 1972. La mésentente entre l’AKC et le Kennel Club japonais ne permit aucun apport de sang japonais pour enrichir l’élevage américain. Les akitas aux Etats-Unis devinrent donc considérablement différents de leurs cousins restés sur le sol japonais qui, eux, évoluèrent vers une silhouette plus fine, plus typée spitz.

La FCI (Fédération Cynologique Internationale) décida finalement en 1999 de reconnaître le type américain et de le différencier ainsi de l’Akita japonais.

Dès le 1er janvier 2000, les chiens pouvaient être présentés en exposition sous le nom de Grand chien japonais. Ce nom de baptême a été choisi pour répondre à une demande du Japanese Kennel Club, qui souhaitait également que le pays d’origine de la race reste le Japon et qu’elle soit inscrite dans le groupe 2 pour ne pas faire de concurrence à l’Akita inu.

Il fut néanmoins convenu que ce nom et ce classement ne soient effectifs que pour 5 ans et qu’ensuite le chien s’appelle akita américain et retrouve le groupe 5 des chiens de type spitz et type primitif.

C’est chose faite depuis le 1er janvier 2006.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article