Terrier de Boston

Race de chien : Terrier de Boston

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 14)

Terrier de Boston : l’autre « petit »molosse de compagnie

C’est un terrier, au look molossoïde et il fait partie du groupe 9 des chiens de compagnie et d’agrément. Pas d’erreur cependant : le Terrier de Boston – Boston terrier – est bien un compagnon idéal, intelligent et joyeux, doux et sociable. Beaucoup moins connu que le bouledogue français, auquel il ressemble. Il mérite bien un coup de projecteur !

Souvent confondu avec le bouledogue français, voire le carlin, le Boston terrier, ou Terrier de Boston de son nom officiel, est le troisième mini molosse à être hébergé dans le groupe 9 des chiens de compagnie et d’agrément.

Un chien au caractère étonnant

Et il présente en outre une autre particularité, celle d’être un terrier et de ne pas pour autant dépendre du groupe 3 qui leur est réservé. Avec le terrier noir russe (groupe 2), c’est le seul exilé de ce groupe.

Le Boston ne manque pas de particularités puisque, outre son physique atypique, c’est aussi un chien au caractère étonnant.

La race fut créée par les Américains et son premier standard fut reconnu par l’American Kennel Club en 1893. Ces origines lui valent d’ailleurs le surnom d’American Gentleman.

Malgré sa ressemblance avec le bouledogue français, ce dernier ne figure pas majoritairement dans le cocktail qui a donné naissance au Boston.

La race est issue du croisement entre bull terrier et bulldog anglais, orchestrée par des éleveurs américains de la ville de Boston (Massachusetts).

Les premiers mariages remontent à 1865 et avaient à l’époque pour finalité la production de chiens de combat. Il faut dire qu’on « mélangeait » ce qui se faisait de mieux en la matière à l’époque.

L’ancêtre présumé du Boston est un chien noir à collier blanc prénommé Judge acquis en 1865 par Robert C. Hooper de Boston.

Une reconnaissance officielle à la fin du XIXe siècle

Le Boston terrier Club of America fut créé en 1891. Après sa reconnaissance par les instances officielles, la race connut heureusement de nouveaux débouchés et fut appréciée comme chien de compagnie.

Les éleveurs sélectionnèrent alors leurs chiens sur le physique et s’attachèrent aussi à privilégier les caractères avenants.

Les premiers individus foulèrent le sol français en 1927 et la race s’est implantée très progressivement, en restant toujours à l’écart des phénomènes de mode.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article