Mastiff

Race de chien : Mastiff

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 16)

Mastiff : le bon gros géant

Archétype du molosse, le mastiff est un chien au gabarit impressionnant mais dont l’affection et la gentillesse se dévoilent dans les mêmes proportions. Sa stature et les besoins, notamment alimentaires, qui vont avec n’en font pas le chien de tout le monde mais il a trouvé et gardé un public fidèle. Rencontre avec ce géant au grand cœur.

Plus de 100 kg de tendresse. Tel pourrait être un slogan qui s’applique au mastiff tant ce chien impressionnant est attachant.

Ce dogue d’origine britannique, appartenant au 2ème groupe de la classification FCI, celui des chiens de type dogues et molossoïdes, est un descendant du dogue du Tibet, l’ancêtre de nombreux molosses.

On trouve des traces de l’existence du mastiff dès le XIVème siècle.

Initialement, il était prisé par la noblesse britannique qu’il accompagnait dans la chasse au gros gibier. Successivement auxiliaires de guerre, de chasse ou gardiens des propriétés, les ancêtres du mastiff se sont aussi illustrés dans les combats. Leurs propriétaires les faisaient affronter d’autres chiens mais n’hésitaient pas non plus à les mesurer à des ours, des taureaux, voire des fauves.

Progressivement, le chien est devenu moins utile, à mesure que les combats étaient interdits et la chasse réduite. Les effectifs ont donc diminué. Cela n’a pas empêché les cynophiles de protéger la race et d’ériger un premier standard en 1882.

Indissociable du bullmastiff

Le mastiff est indissociable d’une autre race qui en est le descendant direct : le bullmastiff, géré en France par le même club de race.

Ce dernier est issu du croisement entre mastiff et l’ancien type de bulldog, effectué au milieu du XIXème siècle. Son rôle initial était de protéger les propriétaires britanniques du braconnage nocturne pratiqué sur leurs terres. Le chien devait allier agilité et puissance tout en étant gardien et dissuasif. Chien attitré des garde-chasse, le bullmastiff devait être capable de plaquer un braconnier à terre et de l’y maintenir. Son flair remarquable l’a ensuite conduit à devenir chien policier.

Le sang mastiff est resté prépondérant dans le mélange ce qui explique la ressemblance marquée entre les deux races. Le bullmastiff a été reconnu par le Kennel Club britannique en 1924, une officialisation qui a mis un terme aux croisements mastiffs-bullmastiffs régulièrement pratiqués.

Comme pour de nombreuses races, la seconde guerre mondiale a failli être fatale au mastiff. Le cheptel s’est progressivement reconstitué grâce à l’intervention d’éleveurs américains qui ont adopté et élevé la race outre-Atlantique.

Le bullmastiff a été plus préservé car il était utile en tant qu’auxiliaire de police.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article