Cavalier King Charles

Race de chien : Cavalier King Charles

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 16)

Cavalier King Charles : le chouchou des Français

Depuis près de 30 ans, le Cavalier King Charles était numéro 1 des chiens de compagnie, groupe 9 de la FCI (Fédération Cynologique Internationale), en termes d’effectifs. Il a été devancé, de peu, par le chihuahua l’an dernier. Cette rétrogradation ne ternit en rien l’image de ce chien qui rencontre toujours un succès important. Et cette réussite n’est pas usurpée tant les qualités de cet épagneul au format passe-partout et à la bouille juvénile sont nombreuses.

Chien de compagnie par excellence, de par son gabarit, sa physionomie et son caractère, le Cavalier King Charles a trouvé en France un pays à la mesure de ses qualités et qui l’accueille comme il se doit puisqu’il a conservé la première place du groupe 9, dédié aux chiens de compagnie, pendant presque 30 ans avant d’être très légèrement devancé par le chihuahua l’an dernier (6 257 naissances pour le Cavalier King Charles contre 6 393 pour le chihuahua).

Un chien « réconforteur »

Il faut dire que ce n’est pas pour rien que le Cavalier, comme on raccourcit affectueusement son nom, est qualifié de « réconforteur ».

Au-delà de son groupe, il figure depuis des années dans le top ten des races les plus répandues en France et occupait la 9e place l’an dernier.

4 naissances en 1970, 121 en 1980, 1 348 en 1990, 3 901 en 2000, 8 067 en 2010 et 6 257 l’an dernier… qui dit mieux ?

La forte croissance enregistrée au début des années 2010 a fort heureusement été rapidement canalisée car elle était nuisible à l’homogénéité du cheptel et aurait pu être préjudiciable si elle avait été durable.

Aujourd’hui, le club peut s’enorgueillir d’avoir un cheptel de tête de grande qualité. La France vend d’ailleurs beaucoup à l’exportation.

Ce qui a forgé le succès du Cavalier King Charles, c’est d’abord son look si particulier et son côté « chien-chiot ». En effet, même en grandissant, il ne se départit pas d’une certaine allure juvénile avec sa bouille ronde et ses yeux doux. Ce trait physique plaît beaucoup au public et a contribué au succès de la race en France et dans le monde.

Côté caractère, le Cavalier est un joyeux drille, un remède à la morosité et la dépression. Toujours de bonne humeur, il est plein d’entrain et amical envers tous, humains et animaux de tout poil.

Un chien super pour la famille !

Il donne son affection sans compter et est le chien de toute la famille et pas d’un seul maître.

C’est pourquoi les actifs avec enfants apprécient tant ce chien « sans problèmes » ! C’est aussi le compagnon privilégié des personnes âgées car il aime rester à leurs côtés à longueur de journée.

Même si ses origines font référence à ses qualités cynégétiques, le Cavalier King Charles se plaît aujourd’hui bien davantage dans la peau de chien de compagnie que dans celle de chien de chasse !

Le nom du Cavalier renvoie à ses origines royales.

Son histoire est en effet liée à celle de la royauté, à l’instar de celle des autres épagneuls nains anglais.

Présents et appréciés à la cour du roi Henri VIII, ces chiens tenaient alors compagnie aux dames.

C’est cependant le roi d’Angleterre Charles II (1630-1685) qui marquera la race. Aimant par-dessus tout ces épagneuls miniatures, il en possédait un grand nombre qui circulaient dans les palais royaux et bénéficiaient d’un statut privilégié. Le souverain allait jusqu’à élever les chiots dans sa chambre. Pour lui rendre hommage, on appela ces épagneuls : King Charles.

Ces chiens furent divisés alors en plusieurs familles en fonction de leur coloris. L’une des plus célèbres, celle des épagneuls blanc et orange, est appelée Blenheim, en référence à une ville de Bavière située sur la rive nord du Rhin.

La légende veut que l’on doive cette robe particulière à la duchesse Sarah, épouse du duc de Malborough qui, en 1704, remporta une victoire importante sur l’armée française lors de la guerre de succession d’Espagne. Alors qu’elle tenait sur ses genoux une femelle épagneul blanc et orange, gestante, et qu’elle attendait avec angoisse des nouvelles de son mari, elle aurait appuyé fortement sur le front de l’animal. Lorsque les chiots naquirent, ils portaient tous sur le front une marque blanche : celle du pouce de la duchesse Sarah.

Les sujets noirs et feu sont pour leur part appelés « king Charles » et les tricolores « prince Charles ».

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article