Chenilles processionnaires

Santé du chien : chenilles processionnaires

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 14)

Chenilles processionnaires : un risque en augmentation

A l’origine d’intoxications parfois très sévères, les chenilles processionnaires du pin constituent un problème qui s’amplifie d’année en année, à mesure qu’on constate la disparition de la saisonnalité qui les caractérisait et une extension de leurs zones d’habitat. Les chiens qui sont promenés en forêt sont des victimes majeures de ces chenilles.

Initialement cantonnées dans le Sud-Ouest de la France et le pourtour méditerranéen, les chenilles processionnaires du pin, larves du papillon de nuit (Thaumetopoea pitycampa), ont vu ces dernières années leurs zones d’habitat s’étendre et le danger qu’elles représentent pour nos chiens s’est accru en parallèle.

De redoutables méfaits

Car si ces larves de papillons sont petites, elles peuvent causer des méfaits redoutables.

Or ces chenilles prolifèrent sur notre territoire, surtout depuis 2012, date d’interdiction et donc de l’arrêt des traitements insecticides classiques.

Un véritable danger de santé publique

Elles couvrent aujourd’hui environ la moitié du territoire, y compris en région parisienne, et représentent un véritable problème de santé publique.

Elles se déplacent au printemps (généralement de février à avril), en procession, d’où leur nom, et descendent des pins dans lesquels les papillons ont pondu.

Une fois au sol, elles nichent parfois plusieurs années avant d’éclore sous forme de papillon. On observe aussi des processions de chenilles quand elles partent à la recherche de nouveaux arbres (pins, chênes).

Le danger s’étend globalement de février à août. Les chenilles se nourrissent d’aiguilles de pin et sont responsables d’une forte défoliation des arbres, une autre nuisance, environnementale cette fois, à mettre à leur crédit.

Des « descentes » plus précoces

Avec le réchauffement climatique, leur « descente » s’effectue de plus en plus précocement.

Elles sont faciles à détecter par la présence de cocons blancs dans les résineux. Les chenilles sont caractéristiques : elles ont une abondante pilosité elle-même reliée à une glande qui contient son venin. Trois critères d’identification sont :

  • une pilosité abondante,
  • une couleur brune avec des tâches orangée,
  • une tête noire.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Patargez cet article