Petit lévrier italien

Race de chien : Petit lévrier italien

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 13)

Petit lévrier italien : le petit du groupe 10 !

Ne vous fiez pas à sa petite taille et à sa fragilité apparente : le petit lévrier italien est un chien solide et sportif. C’est le plus petit représentant des lévriers et ses effectifs restent confidentiels en France. Affectueux et intelligent, il a pourtant tout d’un grand lévrier !

Le petit lévrier italien appelé aussi levrette d’Italie ou PLI, en abrégé, est le plus petit des lévriers, groupe 10 de la classification FCI (Fédération Cynologique Internationale). Mais son aspect grêle et fragile n’est pas en phase avec sa vraie nature, celle d’un athlète champion des cynodromes et doté d’une santé de fer.

Une race de chien confidentielle

Confidentielle en France, la race est tout de même la deuxième race numériquement la plus importante du groupe 10 avec 437 naissances l’an dernier. Certes, elle est largement devancée par le whippet (1 386) mais ses effectifs ont toujours connu une grande stabilité (206 naissances par exemple déjà en 1995, 214 en 2005 et 340 en 2010) et il est depuis des années numéro deux du groupe 10.

Le PLI a trouvé son public et les amateurs en prennent d’ailleurs souvent plusieurs simultanément. « Sa taille dessert sa réputation car le PLI est tout le contraire d’un chien à mémère. C’est un chien actif et hypernerveux qui a besoin d’exercice pour s’épanouir », insiste le président du Club français du petit lévrier italien, Alain Brigel.

Il travaille, en concertation avec le club italien, pays qui détient la paternité de la race, à casser cette image de petit chien chétif et fragile qui ne rend pas honneur au PLI.

« Les trois quarts des adhérents de notre club de race sont des femmes », remarque son président.

Une race de chien ancienne

Le PLI est une race très ancienne qui descend des lévriers d’Egypte. Il a gagné l’Italie au débit du Vème siècle avant Jésus-Christ et c’est dans ce pays qu’il s’est développé. Il était très apprécié de la noblesse italienne à l’époque de la Renaissance, comme en témoignent les nombreuses œuvres picturales de cette époque. On voit même un PLI dans la célèbre tapisserie de la Dame à la licorne.

Il est toujours resté à l’écart des phénomènes de mode mais n’a jamais perdu son public.

Physiquement, c’est un chien gracile et élégant, dont le corps s’inscrit dans un carré. Sa morphologie est typique des lévriers avec une tête longue et étroite (la longueur de la tête peut atteindre 40 % de la hauteur au garrot), une nuque légèrement arquée, des membres d’aplomb dotés de muscles secs, une ligne de dessous remontée. Son poil est ras et soyeux, sans aucune frange.

La robe du PLI est toujours unie, ce qui n’empêche pas d’arborer un large panel de couleurs. Les couleurs autorisées pour le PLI sont toutes les nuances possibles de noir unicolore, gris unicolore et isabelle. Le blanc n’est toléré qu’au niveau de la poitrine et des pieds.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.