Race de chien : Dogue de Bordeaux

Extrait du magazine Tout Chien (voir le sommaire du Numéro 22)

Dogue de Bordeaux : le molosse Made in France

Il est l’une de nos plus anciennes races nationales et l’ancêtre de nombreux molosses de type dogue. Le dogue de Bordeaux n’a plus à faire ses preuves et se maintient dans le paysage cynophile français avec une remarquable stabilité depuis des années. Partons à la découverte de ce chien au cœur aussi grand que son gabarit.

Une belle réussite nationale !

Sans être chauvin, le dogue de Bordeaux est quand même une belle réussite nationale !
On doit au Pr Raymond Triquet, monument de la cynophilie française, l’histoire détaillée de ce molossoïde de type dogue.
Ses origines ne font l’objet que d’hypothèses, communes à tous les molosses, avec des ancêtres issus d’Asie mineure et introduits par les Romains un peu partout dans l’Empire.

Chiens de chasse, gladiateurs présumés dans les arènes romaines, gardiens des domaines, les ancêtres du dogue de Bordeaux refont parler d’eux au Moyen-Age dans le Livre de chasse de Gaston Phébus sous le nom d’Alan.
On en distingue deux types : l’alan vaultre, de couleur fauve, et l’alan gentil, blanc et noir.
Le mot « dogue » n’apparaîtra dans la littérature cynophile qu’à la fin du XVème siècle, dérivant vraisemblablement du terme britannique « dog » employé par les soldats anglais pour désigner leurs chiens.

Trois écoles

Au milieu du XIXème siècle, les ancêtres du dogue de Bordeaux, surtout présents dans les régions de Toulouse et de Bordeaux, étaient utilisés pour diverses tâches : chasse au sanglier, combats dans les cirques, garde des habitations et des troupeaux, chiens de bouchers.

Suite de l’article >>>
Vous pouvez vous fournir le numéro complet, soit en version téléchargeable (pdf) ou soit en version papier sur le site d’achat en ligne de l’éditeur.

Partagez l'article